Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Do you want another life? (automatic translation of "Veux-tu une autre vie?")

    Preamble

    - Good Morning. The question "Do you want another life?" is full of promise but as enigmatic as your novel "White Armchair". From what I glimpsed, the subject is a continuation of this "white chair."

    - Indeed. The story have the same acters, with one more. They live together in Portugal, where Manu, the heroine of "White Armchair" had set up another life after the one in Belgium. If you remember, Manu caming from Belgium, was married in her second Portuguese family in the Algarve where she has encountered her father. Its Portuguese half-sister, Luiza is becoming the heroine of this new story introducing this new character. This time the story is moving in the Lisbon area.

    - Why Is Portugal the country where you fit what we can call your second volume?

    - Portugal is a country that I love. I spent three times good time in the Algarve, twice in Madeira and twice in 1980 and 2014, in the Lisbon area as a certain pilgrimage. Returning to a region reveals differences in time. More occurrences are remote and are becoming more interesting. A lot of water under the bridge must have sunk since my first visit in Lisbon. Alarming articles on the situation in Portugal ruffled me a few hairs on the skin. There was talk of uncontrolled skids, for example.

    - So you love the country and its capital.

    - Yes I'm living in another city, Brussels. That means that I know the advantages and disadvantages that can make a city. Lisbon's history is a Babel who lived ups and downs dazzling overwhelming for people. Not for nothing that nostalgia is part of his mood. Before the earthquake and tsunami in 1755, Lisbon saw coming wealth of cargo, with colored men often treated as slaves in the shadow of prostitution and begging. It was only fifty years after this natural disaster, under the impulse of the Marquis of Pombal, the city was reborn from the ashes with the taste of the enlightenment. She became a business city and catholic. Lisbon discovers often preceded by a great noise depending on the mood of the day of his visitor. It does offer walkers as patients and not the top of the castle of St. George which gives a beautiful landscape for the tourist photo where you can find nothing but reflected realities of everyday. Built in tiers, the bottom of Lisbon, Baixa district, was restored by the spirit of the famous Marquis with streets at right angles and up, Baioro Alto de Alfama, best preserved, its always kept maze of narrow streets, small trades, greengrocers, fishmongers from. My heroine lived in Alfama, but had taken courses in 2001 in the new Lisbon and continued to exercise its knowledge as laboratory assistant returning in the lower city.

    - Did you lear a little about Portuguese history to know its characteristics?

    - In fact, during my first visit, I made ​​better by studying its history in detail. I knew after successive kings. But I have lost a few pieces of this long history to retain only that had to do with the needs of the time of my last trip. My book is almost uµin a full actuality, I did not have to go very high in time. It begins on the first day of 2014.

    - Why the city continues to interest you?

    - As I said, the national anthem of Portugal remains the fado singing melancholy and saudade exile. When the sea for single wasteland, as sang Jacques Brel, only recourse in case of misfortune and that is revolutionary by destiny, singing life, so hard that we can live it, we always end up forget his sorrows. "These are small nations who are more likely. They jump into the water with their few assets and their big ambitions," I read somewhere about it. We are far from the time of the discovery era of Henry the Navigator, Vasco da Gama, Zarco, Cabral. The Manueline art and tiles found at every street corner, reminiscent of the historic heritage.

    - Since we are in the news, in Portugal today, what happened according to you during the last decade?

    - That exile continued. 250 million people speak Portuguese in the world in a real diaspora. Since 2010, 100,000 young pushed by the crisis, resume sail each year, while expatriates only dream of return. The film Ruben Alvez, "The Gilded Cage" and the book of the Nobel Prize, José Saramego "The Stone Raft" imagine Portugal adrift in the Atlantic. It's saying something. You are aware that the former Prime Minister Jose Socrates was indicted for tax fraud, corruption and money laundering. He ruled the country between 2005 and 2011.

    - Indeed.  But Lisbon has kept the charm as tourists return each year.

    - Of course. An old-fashioned charm, always loved by tourists. But the average age of the population has aged Lisbon with the houses that inhabit them. Many young people have gone elsewhere if the grass is not greener, hoping one day to return. It would take ten times the national budget to restore everything in the town from what I've read recently. Portugal, which had attracted Manu, my former hero, there was nearly thirteen, lost some feathers on the altar of banks. The country found itself like a ship on the European ocean swaying dangerously. Ship took on water in an austerity regime. A project like the 1998 show is no longer in the program. The crisis led to 500,000 job losses, reduced wages by 12%. Frozen rents have hindered the normal operation of the maintenance of dwellings. So, in an atmosphere of gloom, we deal with the most pressed with an inventiveness found only by necessity. To save the architectural heritage, for the most wealthy tourists occupy new luxury hotels, it sells off prices. The 2014 World football has a low profile in Portugal, although Ronaldo is still ranked number one. The other Portuguese-speaking countries, Brazil is not a shadow of himself, while the huge investments made ​​have had the downside and foreign countries as beneficiaries. Fortunately for the Lisbon native, there saudade which carries this love and death. In its procession in honor of Nossa Senhora da Saude, the Atlantic swells of foam attracts surfers, offshore wind, oil and gas deposits that make you dream and are, as you say, that tourists, but also investors return. Hopefully they fulfill the palaces that remain desperately empty outside the beautiful seasons. Continental Portugal has the sweetness of Madeira.

    - All this we may be away from your book.

    - No, that explains it. There are no secrets as in the "White Chair". This novel is pure fiction again with fictional characters, but unlike the previous story, we are, within a year, in full today. It is not a story but a reflection of the experiences of the Portuguese. If you hear a little less news than those from Greece, thanks to the retention of the Portuguese population. Heroin, Luiza, lives in Lisbon since the early years of this century, where she followed her life as laboratory assistant. This January 1, 2014. She is 32 years old when my story begins. 32, the age of reason and sometimes of unreason and questions. It does not feel good about herself. She managed his studies and, despite this, finds himself caught up in the turmoil. Everyday situation, perhaps, since this is a very common feeling in the whole Europe. But it all depends on the psychology of his mistress. 

    - A story about the poverty of the people?

    - I Don't. A story about a meeting with someone very different from Luiza, one of the heroine of the previous novel, which has already lived a lot, which was launched in genetics, which was successful and had failures before. Without him, without a meeting, Luiza who has not the ardor of his half-sister, might have foundered. It was the catalyst for change that will take place in it. Somewhat inspired by gentillet TV movie "Fallen on the head" which featured a pretentious businessman and a full artist sensitivity and candid. Following a shock, this businessman does not remember anything. Luiza is going to have the same disappointment. She will follow this man as if it were a lifeline, a scientist completed her age. A training shock that will not be safe for her.

    - You have inspired this TV movie for the background. And form?

    - For the form, perhaps the book I talked about in the article "The key to psi ψ" which mixed fiction with proven scientific realities. I gave her first name, Jose eto my new hero of the story.

    - Will you introduce yourself in the shoes of one of the characters in the story and talk in the first person?

    - I really hesitate to use the word "I". Then I discovered that it was easier to be part of history by not repeating "Jose said," "Luiza did." No, I was neither one nor the other. I do not have the skills of the character, "José" nor the feelings of "Luiza". I had to inform me about some more scientific passages. The "I" will change head in history. Each will speak in turn, on its own behalf. Do not worry, at times, I will be speaking as a spectator or as an observer. I remain master aboard my story (laughs).

    - You did not give him a little to the character of "José"?

    - Yes, of course, a little. I know my strengths and my through. I know that may shock psychologies that can be encountered in life. It is also more of a psychological analysis of characters of a tourist visit with accompanying description. The decor will take up less space than in my first volume. As I said in the introduction of the first volume, an eternity is it not made of coincidences and anecdotes that take the time they want? (Laughs) But time, age helping, it is that the designs change. No Portuguese words, only "Tudo bem". Magic words, ultimately.

    Happy reading ...

     

    Lire la suite

  • Veux-tu une nouvelle vie?

    Banner.jpg

     

    - Le Portugal est un pays que j'aime beaucoup. J'ai passé trois fois du bon temps en Algarve, deux fois, à Madère et deux fois en 1980 et en 2014, comme un pèlerinage, dans la région de Lisbonne. Revenir dans une région permet de constater les différences dans le temps. Plus les occurrences sont éloignées, plus cela devient intéressant. Beaucoup d'eau sous les ponts devait avoir coulé depuis ma première visite à Lisbonne. Des articles alarmants sur la situation du Portugal m'ont hérissé quelques poils sur la peau. On parlait de dérapages non contrôlés, par exemple.- Donc, vous aimez le pays et sa capitale.

    - Oui. Je suis un citadin, ce qui veut dire que je connais les avantages et les inconvénients que peut apporter une ville. Lisbonne dans son l'histoire est un Babel qui a vécu des hauts fulgurants et des bas écrasants pour les populations. Ce n'est pour rien que la nostalgie fait partie de son humeur. Avant le tremblement de terre suivi d'un tsunami en 1755, Lisbonne voyait arriver des cargaisons de richesses, avec des hommes de couleurs souvent traités en esclaves dans l'ombre de la prostitution et de la mendicité. Ce n'est que cinquante ans après ce cataclysme naturel, que sous l'impulsion du marquis de Pombal, la ville renaissait de ses cendres avec le goût du siècle des Lumières. Elle redevenait une ville d'affaires et de religion catholique. Lisbonne se découvre souvent précédée par une grande rumeur selon l'humeur du jour de son visiteur. Elle ne s'offre qu'aux promeneurs patients et pas du haut du château Saint George qui donne une beau paysage pour la photo du touriste mais où rien ne transparaît des réalités de tous les jours. Construite en amphithéâtre, le bas de Lisbonne, le quartier de Baixa, avait été restauré par l'esprit de ce marquis célèbre avec des rues à angles droits et le haut, le Baioro Alto de l'Alfama, mieux conservé, a toujours gardé son dédale de petites rues étroites, de petits métiers, de marchands de primeurs, de poissonnières. Mon héroïne vivait dans l'Alfama, mais avait suivi des cours en 2001, dans le nouveau Lisbonne et avait continué à y vivre pour exercer ses connaissances de laborantine en retournant dans le bas de la ville.

    - Vous avez appris un peu d'histoire du Portugal pour en connaître ses spécificités.

    - En effet, à l'occasion de mon premier séjour, j'ai fait mieux en étudiant son histoire dans le détail. J'en connaissais la suite de rois successifs. Mais j'ai un perdu quelques bouts de cette longue histoire pour ne retenir que ce qui avait trait avec les besoins du moment de mon dernier voyage. Mon livre est presque en pleine actualité, je n'avais pas à remonter très haut dans temps. Il commence le 1er jour de 2014.

    - Pourquoi la ville continue à vous intéresser?

    - Comme je le disais, l'hymne nationale du Portugal reste le fado qui chante la mélancolie et le saudade, l'exil. Quand on la mer pour unique terrain vague, comme le chantait Jacques Brel, pour seul recours en cas de malheur et qu'on est révolutionnaire par la destinée, en chantant la vie, si dure qu'on puisse la vivre, on finit toujours par oublier ses peines. "Ce sont les petites nations qui se risquent davantage. Elles se jettent à l'eau avec leur peu d'atouts et leurs grandes ambitions", ai-je lu quelque part à ce sujet. Nous sommes bien loin de l'époque de l'ère des découvertes, de Henri le Navigateur, de Vasco de Gama, de Zarco, de Cabral. L'art manuelin et les azulejos que l'on retrouve à chaque coin de rue, rappellent le patrimoine historique.

    - Puisque nous sommes dans l'actualité, dans le Portugal d'aujourd'hui, qu'est-il advenu selon vous pendant cette dernière décennie?

    - Que l'exil a continué. 250 millions de personnes parlent le portugais dans le monde dans une véritable diaspora. Depuis 2010, 100.000 jeunes poussés par la crise, reprennent les voiles chaque année, alors que les expatriés ne rêvent que de rentrer au pays. Le film de Ruben Alvez, "La Cage dorée" et le livre du Prix Nobel, José Saramego "Le Radeau de pierre" imaginent le Portugal à la dérive dans l'Atlantique. Ce n'est pas peu dire. Vous n'êtes pas sans savoir que l'ancien Premier ministre José Socrates a été mis en examen pour fraude fiscale, corruption et blanchiment d'argent. Il a gouverné le pays entre 2005 et 2011.

    - En effet. Mais, Lisbonne a gardé du charme puisque les touristes y retournent chaque année.

    - Bien sûr. Un charme un peu désuet, qui plait toujours aux touristes. Mais, la moyenne d'âge de la population lisboète a vieilli avec les maisons qui les habitent. Beaucoup de jeunes sont partis voir ailleurs si l'herbe n'y est pas plus verte, avec l'espoir un jour d'y revenir. Il faudrait dix fois le budget national pour tout restaurer dans la ville d'après ce que j'ai lu récemment. Le Portugal qui avait attiré Manu, mon ancienne héroïne, il y avait près de treize ans, a perdu quelques plumes sur l'autel des banques. Le pays se retrouvait comme un navire sur l'océan européen qui tanguait dangereusement. Navire qui a pris l'eau dans un régime d'austérité. Un projet comme l'exposition de 1998 n'est plus au programme. La crise a entraîné 500.000 pertes d'emplois, a réduit les salaires de 12%. Les loyers gelés ont entravé la marche normale de la maintenance des habitations. Alors, dans un climat de morosité, on pare au plus pressé avec une inventivité retrouvée uniquement par nécessité. Pour sauver le patrimoine architectural, pour que les touristes les plus fortunés occupent à nouveaux les hôtels de luxe, on brade les prix. Le Mondial de foot de 2014 a mis le profil bas au Portugal, bien que Ronaldo est toujours classé numéro un. L'autre pays de langue portugaise, le Brésil n'est plus que l'ombre de lui-même, alors que les immenses investissements consentis n'ont eu que le revers de la médaille et les pays étrangers comme bénéficiaires. Heureusement, pour le Lisboète, il y a cette saudade qui charrie l'amour et la mort. Dans son cortège en l'honneur de Nossa Senhora da Saüde, l'Atlantique qui se gonfle d'écumes attire les surfeurs, l'éolien marin, les gisements de pétrole et de gaz qui font rêver et font, comme vous dites, que les touristes, mais aussi les investisseurs, reviennent. Espérons qu'ils remplissent les palaces qui restent désespéramment vides en dehors des belles saisons. Le Portugal continental n'a pas la douceur de Madère.

    - Tout cela nous écarte peut-être de votre livre.

    - Non, cela l'explique. Il n'y a plus de secrets comme dans le Fauteuil blanc. Ce roman est à nouveau une pure fiction avec des personnages fictifs, mais, contrairement à l'histoire précédente, nous sommes, à un an près, en pleine actualité. Il ne s'agit pas d'un conte, mais du reflet de ce que vivent les Portugais. Si on entend un peu moins de nouvelles que celles en provenance de la Grèce, c'est grâce à la retenue de la population portugaise. L'héroïne, Luiza, vit à Lisbonne, depuis les premières années de ce siècle, où elle y a suivi ses cours de laborantine. Ce 1er janvier 2014. Elle a 32 ans quand mon histoire commence. 32 ans, l'âge de la raison et parfois, de la déraison et des questions. Elle ne se sent pas bien dans sa peau. Elle a réussi ses études et, malgré cela, se retrouve emportée dans la tourmente. Situation banale, peut-être, puisque c'est un sentiment très courant dans l'Europe entière. Mais, tout dépend de la psychologie de sa maîtresse. Encore une fois, je publierai au rythme de deux chapitres par semaine l'écriture de cette nouvelle.

    - Une histoire liée à la pauvreté des gens?

    - Non. Une histoire liée à une rencontre avec quelqu'un de très différent de Luiza, une des héroïne du roman précédent, qui a déjà beaucoup vécu, qui s'est lancé dans la génétique, qui a réussi et eu des échecs avant cela. Sans lui, sans cette rencontre, Luiza qui n'a pas la fougue de sa demi-sœur, aurait peut-être sombré. Il a été le catalyseur du changement qui va s'opérer en elle. Un peu inspiré par le téléfilm gentillet "Tombé sur la tête" qui mettait en scène un homme d'affaires prétentieux et une artiste pleine de sensibilité et candide. Suite à un choc, cet homme d'affaire ne se souvenait de rien. Luiza va avoir cette même déconvenue. Elle va suivre cet homme comme s'il s'agissait d'une bouée de sauvetage, un scientifique accompli plus âgé qu'elle. Un choc de formations qui ne sera pas sans risques pour elle.

    - Vous vous êtes inspiré de ce téléfilm pour le fond. Et pour la forme?

    - Pour la forme, c'est peut-être le livre dont j'ai parlé dans l'article "La clé de psi ψ" qui mêlait la fiction avec des réalités scientifiquement prouvées. J'ai donné son prénom, José, à mon nouvel héros de l'histoire.

    - Allez-vous vous introduire dans la peau d'un des personnages de l'histoire et parler à la première personne?

    - J'ai beaucoup hésité à le faire à utiliser le mot "je". Puis, j'ai découvert que c'était plus facile de faire partie de l'histoire en ne répétant pas "José a dit", "Luiza a fait". Non, je n'étais ni l'un ni l'autre. Je n'ai pas les qualifications du personnage, "José", ni les sentiments de Luiza. J'ai dû me documenter au sujet de certains passages plus scientifiques. Le "je" va changer de tête dans l'histoire. Chacun parlera, à son tour, en son propre nom. Ne vous inquiété pas, à certains moments, je prendrai la parole comme spectateur ou comme observateur. Je reste maître à bord de mon histoire (rire).

    - Vous ne lui avez pas donné un peu de vous à ce personnage de "José"?

    - Si, bien sûr, un peu. Je connais mes travers et mes points forts. Je connais ce que peut être le choc des psychologies que l'on peut rencontrer dans la vie. Il s'agit d'ailleurs plus d'une analyse psychologique de personnages que d'une visite touristique avec descriptif annexé. Le décor prendra moins de place que dans mon premier volume. Comme je le disais en préambule du premier tome, une éternité n'est-elle pas faite de coïncidences et d'anecdotes qui prennent le temps qu'elles veulent? (rires) Mais le temps, l'âge aidant, il se fait que les conceptions changent. Pas de mots portugais, si ce n'est ceux-ci "Tudo bem". Des mots magiques, en définitive.

    Bonne lecture...

     

    Rappel en 2001

    En Belgique:

    Génération 1: Raymond Borre (décédé) marié à Julie Swenne (décédée)

    Génération 2: Les enfants Antoine Borre, Michel Borre et Manu Swenne, née de Carlos da Silva et de Julie Swenne 

    Au Portugal:

    Génération 1: Carlos da Silva marié à Rosa (décédée dans un accident)

    Génération 2: Luiza da Silva et Joao da Silva époux de Manu

     

    Lire la suite