Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Guy alias l'enfoiré

Alain Sapanhine

Contact:  "l.enfoire@gmail.com"

71 ans, deux enfants. Belge, papa d'un autiste de 38 ans et d'un autre drogué qui en a trois de plus.
Une difficile sortie d’un itinéraire particulier, tout est dit.
Romancier bruxellois, essayiste et scénariste de BD, ancien propriétaire-rédacteur d'un journal gratuit et non-inféodé exclusivement consacré aux nouvelles locales et à la situation politique de ma ville.
Fondateur d’un mensuel gratuit tiré à 100.000 exemplaires couvrant le nord-ouest de Bruxelles, la ville de son cœur, j'ai tout plaqué au milieu des années 90 pour partager la vie d’une communauté inca dans les Andes équatoriennes. Parti deux ans plus tard à Cuba, je m'y suis lié d’amitié avec un vieux pêcheur d’espadons, d’où le thème du présent roman. Devenu dans une autre vie stakhanoviste du vélo en Thaïlande du Nord.
Il migre ensuite au Laos où je me remets à l’écriture.
Dingue de vélo qu'ili abandonné après 120.000 km suite à un accident, il est rentré pendant trois mois en Belgique avec son couple de bouviers des Flandres qui le console de la bêtise humaine.
Modérateur sur AgoraVox, intervenant dans différents journaux belges et scénariste d’une BD parodique sur le thaï way of life, il a collaboré à différentes études sur les cultures tribales de l’ancien royaume de Luang Prabang parrainées par l’Unesco.
Puis  ce furent les Canaries à Fuerteventura et en finale, Madagascar.
Fin d’un long périple à travers le monde…
Fin de vie, aussi...

Le Phare de Lumière
Remake du Vieil Homme et la Mer, ci-dessous, publié à titre posthume, pose un regard à la fois âcre et moqueur sur les paradoxes d’une île prétendument communiste d’où je fus renvoyé à domicile du fait de mes documents préparatoires.
Connu sous le nom vernaculaire d’espadon, L’ISTOPHORUS PLATYPTERUS est le poisson le plus noble de la création. Souvent confondu avec le marlin qui fait quant à lui partie de la famille des XIPHIIDAE, ce combattant de légende gardera tout au long du récit son nom originel d’ARUGA.
Émile Zola – Germinal : "Puisqu’on leur avait promis l’ère de la justice, ils étaient prêts à souffrir pour la quête du bonheur universel. La faim exaltait les têtes, jamais l’horizon fermé n’avait offert un horizon si large à ces hallucinés de la misère" 
Etienne de la Boétie – Le discours de la servitude volontaire : "Avant de commettre leurs crimes les plus graves, nos dirigeants les font toujours précéder de quelques jolis discours sur le bien public et le soulagement des malheureux"